Allons au bout des choses ! | MARIE RANGE

Allons au bout des choses !

Deviens organisactrice de ton quotidien !

pont mer au bout des choses-Marie Range va au bout des choses : elle cherche, fouille, pinaille, pour toi

Je ne lâche rien. Jamais. Et encore plus lorsqu’il s’agit de sujets qui touchent l’organisation et l’optimisation de mon quotidien. Têtue voire bornée oui. Mais rigoureuse, sérieuse et utile aussi ! Car grâce à tout cela, peu de détails m’échappent !

Grmbl Grmbl Grmbl. Ca, c’est le bruit que je fais quand je suis sur internet. Oui, tu la vois, là, la petite fille pas contente de ne pas trouver ce qu’elle veut sans y passer des heures.

Bon, j’ai un peu changé, mais globalement, j’ai gardé le même air très aimable qu’à l’époque quand quelque chose ne va pas assez vite à mon goût.

Et même si, je dois l’avouer, j’aime bien râler, c’est légèrement chiant pour mon entourage. Et puis au bout d’un moment, c’est crevant. Tout comme chercher les infos qu’on veut sans jamais les trouver en totalité sur un seul site.

Une histoire sans fin

Quelque part, c’est bien parce que comme ça, on se fait un avis éclairé sur ce qu’on cherche et on recoupe les infos. Mais d’un autre côté, au bout de quelques recherches faites d’avis contradictoires de kikoulol, on a juste envie d’égorger lentement et avec souffrance ces personnes.

Sans compter qu’à devoir naviguer sur plusieurs sites à la suite, on est vite happé dans une espèce de trou noir numérique et on se retrouve sans le voir à regarder des pandas qui se pètent la gueule alors qu’on cherchait une recette sur de la lessive maison.

C’est rigolo et mignon les pandas, mais c’est pas très utile quand on veut laver son linge avec autre chose que des trucs dégueulasses et plein de cochonneries ! C’est pas eux qui vont se prendre par la patte et nettoyer les pantalons du petit dernier, ces feignasses !

Ah ben voilà, sans le vouloir, je viens de te montrer un exemple de cet emportement si facile sur internet. Je veux parler d’un sujet et j’arrive très très loin du but initial.

Ne rien rater

L’un de mes objectifs sur Marie Range, c’est de te donner un point de vue global d’un problème ou d’une solution et de t’offrir TOUS les éléments pour les appréhender. Plus besoin d’aller ici et là pour glaner toutes les infos.

Ayé, je te vois protester :  « elle est bien gentille, mais tu m’étonnes qu’elle dit qu’elle va tout voir, tout donner, etc… elle va pas dire le contraire ». Ah ah , on ne te la fait pas à toi !

Alors oui, effectivement, je n’ai pas la science infuse et je ne suis pas infaillible. Loin de là. Je ne dis pas que j’arriverai toujours à aborder TOUTES les facettes des sujets abordés. Je dis simplement que c’est mon but et à chaque fois que je parle de quelque chose, j’essaie de le faire de la manière la plus complète possible.

dés illustration de toutes les facettes d'un sujet
Sur Marie Range, j’essaie d’aborder le plus possible toutes les facettes d’un sujet… d’où les dés, voilà voilà…

Je vais te donner un exemple parlant. Avant la naissance de notre fils, je me suis posé la question de ses couches. Je savais ce que je ne voulais pas (tu sais les couches qui commencent par Pam et qui finissent par Pers). Et j’avais une vague idée de ce que je voulais.

J’ai donc passé du temps, beaucoup de temps à glaner tout ce que je pouvais sur les couches dites  « écologiques », mais surtout sur les couches lavables. Si tu savais le nombre de sites que j’ai pu parcourir, le nombre de comparaison que j’ai fait, les notes que j’ai pris, etc…

Déjà à l’époque, alors que Marie Range ne germait pas encore tout à fait dans mon esprit, j’avais cette démarche de recherche. Et j’étais aussi ultra motivée par une crainte : rater quelque chose et faire le mauvais choix.

Mais je me rends compte aujourd’hui que c’est cette peur qui est un atout pour le blog. Je suis chiante, je pinaille, je ne m’arrête pas tant que je n’ai pas fait taire cette petite voix qui me dit qu’il y a un truc qu’elle n’a pas compris ou qu’elle n’a pas tous les éléments en main. Et ça, je t’assure que tu ne le trouveras pas partout. Mode high kick inside 🙂 :p

Bon, ça a quand même un bon côté. Comme je vais loin dans mes réflexions, j’ai tendance à voir ou à penser à un maximum de choses qui peuvent paraître peu importantes ou peu visibles, mais qui sont bien utiles. Pour résumer, je m’inspire de ma vie de tous les jours et des réflexions que je peux me faire pour apporter des solutions qui représentent le petit plus qui fait la différence.

Têtue mais utile

Pour faire simple : je me prends la tête sur pas mal de choses. Quand je me lance dans un comparatif par exemple, j’ai du mal à ne pas tendre au maximum vers l’exhaustivité. En gros, je me fais ch…, autant que ça ne serve pas qu’à moi !

En fait, c’est tout con, mais c’est encore une fois ce fameux besoin d’optimisation qui me pousse à faire ça. Pendant longtemps, très longtemps, je culpabilisais de passer un temps fou sur des recherches qui ne serviraient qu’à notre foyer.

J’ai souvent trouvé mes démarches tellement futiles que j’en remettais régulièrement en cause le bien-fondé. Alors oui, ça nous permet de mieux vivre, mais est-ce que ce n’était pas du temps mal utilisé… pas optimisé ?

J’aurais pu, à la place, me concentrer sur un « vrai » travail, qui, certes ne m’aurait pas autant stimulée intellectuellement (parce que oui, on en est là, ça m’éclate de faire des recherches parfois et d’apprendre plein de choses, même sur des trucs que beaucoup trouveraient purement chiants car trop pépères), mais aurait au moins rapporté de l’argent à la maison.

En fait c’était tout le contraire. Ce temps, il est aujourd’hui optimisé. Il a fallu des mois pour qu’il le soit (si on reprend l’exemple des couches lavables, ça fait plus de trois ans que j’ai fait ces recherches !), mais je peux dire aujourd’hui que tout ça n’a pas été inutile loin de là.

D’abord parce qu’il m’a permis de construire mes compétences. Toutes ces recherches, tout ce besoin d’aller au bout des choses m’ont permis d’apprendre tellement.

Sans cette nécessité de ne rien rater, de faire le bon choix, je serais restée sur mes acquis et n’aurais pas les épaules pour vous proposer mon expertise aujourd’hui. Et puis, cela m’a aussi permis de me construire moi-même, d’apprendre de nouveaux métiers, d’utiliser autrement mes anciennes compétences comme mes qualités et mes défauts. Me laisser faire (merci mon chéri !) a été la meilleure chose pour optimiser mon temps et vous l’offrir aujourd’hui !

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.