Au clavier citoyenne !

Ne pas faire retomber le soufflé, ne pas lâcher ni oublier ses bonnes résolutions pour retrouver la motivation et (re)lancer le projet Marie Range. Tout cela passe par une (seule ?) chose : l’écriture. Coûte que coûte !

Je l’ai dit je le fais. J’écris. Alors que la bulldozerine nous a fait une nuit courte et agitée. Que le petit rangeur a décidé de faire ch… quasiment dès le lever. Et que j’ai juste envie d’aller me coucher ou de faire la patate de divan en vidant le disque dur de notre Freebox de tous ses enregistrements. Sauf que… en théorie c’est bien, mais en pratique… Écrire oui, mais écrire quoi ? Écrire sur quoi ? Dire bonjour, aligner dix mots et puis basta ? C’est bon madame, monsieur, j’ai rempli mon quota, je peux être fière de moi, j’ai vachement fait avancer le schmilblick !

Pas de but, pas d’utilité précise… dans ma tête, le réflexe c’est de dire « stoooooooop », on ne fait rien tant qu’on n’a pas trouvé LE sujet, LE plan de ouf et les arguments qui tuent. Dans ces conditions, tu te doutes bien que j’ai donc encore et toujours repoussé le moment de m’y mettre, ce moment où je ferme tout autour de moi (il est loin les temps où je pouvais écrire et me concentrer dans des stades de 80 000 personnes… bon ok, UN stade de 80 000 personnes) et où je me place seule devant mon clavier. Je tourne et retourne dans ma tête toutes les options : j’écris sur ça ? Mouais bof. Non, sur ça ! Ah oui… ben non en fait. Bref, depuis ce matin je recule encore et toujours, je ne veux pas sauter alors que j’en crève d’envie. J’ai donc repensé à mon bricoleur chéri et à ses judicieux conseils : un pas après l’autre.

Je le rappelle, la semaine dernière, j’ai décidé de simplement me remettre à l’écriture, de revenir à la base de mon métier : la création de contenus. Après tout, je suis sensée tenir un blog et officiellement, mon métier est « blogueuse professionnelle » ! Sauf qu’à y regarder de plus près, hormis la page à propos (qu’il faut très largement mettre à jour…) ou quelques mots sur mon histoire et mon parcours, tu ne connais pas tant de choses sur moi. Allô ! T’as un blog d’organisation familiale et tu parles pas de ta famille ?

Et ben voilà, ton sujet est tout trouvé : tu vas écrire sur… le fait d’écrire 😀 Dit comme ça, ce n’est ni clair ni super alléchant, mais en fait, le but du jeu là tout de suite maintenant, se résume en quelques mots : revenir à la base d’un blog (=journal personnel) pour relancer la machine Marie Range et son organisation. Alors je ne dis pas qu’aujourd’hui, ni tous les jours, seront d’une aide fondamentale pour toi. Que tous mes articles, mes billets, mes interventions, auront une portée professionnelle. C’est même l’inverse que je souhaite. Car l’idée est d’abord de retrouver un rythme pour moi, de retrouver des réflexes et des habitudes de travail. C’est aussi le meilleur moyen pour me connaître enfin. Parce que finalement, j’ai comme l’impression, depuis ces quelques années que je me suis lancée dans ce blog, que ce n’est que maintenant que je m’approche enfin de mon idée d’origine et donc de moi-même et de ma personnalité.

Utile pour moi = utile pour toi

Pour te donner un exemple concret de ce que j’aimerais partager, hier soir je suis allée à la réunion de parents d’élèves pour préparer l’entrée au CP du petit rangeur (mon bébéééééé). On est d’accord que le contenu de cette réunion, tu t’en fous un petit peu comme de ta première culotte (quoique, la directrice de l’école est tellement impliquée qu’elle nous a placé des petites astuces par-ci par-là telle la fée des primaires :D), MAIS si je fais un article où mon point de départ est cette réunion et que je m’en sers pour te dire comment je vais m’organiser pour les fournitures, lesquelles choisir selon l’expérience de la future directrice de mon fils, etc… ça devient tout de suite bien plus croustillant et intéressant pour tes petites mirettes, ton cerveau et ton portefeuille !

Et puis soyons tout à fait honnête, plus j’écrirai, plus je me détendrai et oserai plus dévoiler ma personnalité. Celle qui met la petite fille de côté et qui montre plus de franchise, de détermination… peut-être aussi plus de franc-parler. Bref, je vais très honteusement me servir de toi pour prolonger ma thérapie en dehors du cabinet de ma psy ! Tutututut tu y trouveras toi aussi ton compte parce que si mon plan se déroule sans accroc (seuls les plus de..hum…hum…40 ans comprendront), la machine sera lancée et deviendra de plus en plus utile et intéressante. Je te l’ai dit environ 500 fois, soit presque autant que le nombre de « parle moins fort » asséné au petit bricoleur le soir quand sa sœur s’endort, des idées il y en a un monceau en stock. Elles ont juste besoin d’être mises en place puis mises en avant. Et pour l’instant, le seul moyen que je vois pour le faire, c’est d’écrire, écrire et encore écrire.


P.S. : je te vois trépigner d’impatience sur cet article sur l’entrée en CP. Tu me connais, je ne fais pas les choses n’importe comment et j’ai besoin de les préparer ET de les organiser pour ne pas avoir l’impression de faire n’importe quoi (oui quoi ? et de me rassurer ? nooooon). Donc il ne sera pas fait de suite, mais dès que les supermarchés se lancent dans la bataille de la rentrée comme dans Braveheart, je m’en occuperai et donc, j’aurais de la matière pour te parler des courses (pourquoi pas en ligne, mais surtout en magasin), des astuces dans le choix des fournitures, de l’implication de l’enfant là-dedans, etc…

Print Friendly, PDF & Email