Comment ne pas s’épuiser quand on fait soi-même les repas de bébé

Assiette repas bébé ou enfant

Non le petit rangeur n’est pas difficile. Il sait juste ce qu’il veut. Une phrase qu’on répète (trop) souvent depuis sa naissance et qui prend toute son ampleur lorsqu’il s’agit de le nourrir. Car là non plus, ce n’est pas simple et nous sommes toujours obligés de trouver des solutions pour concilier goûts, équilibre alimentaire et… motivation.

L’angoisse. Mange-t-il assez ? Se nourrit-il bien ? Faisons-nous ce qu’il faut ? Le petit rangeur a toujours été en haut ou au-dessus des courbes. Toutes ces questions pourraient donc paraître au moins bizarres, surtout exagérées. Oui mais voilà, si mon chéri et beaucoup de monde m’assure que notre fils va très bien et qu’il a tout ce qu’il lui faut, et si ma raison est tout à fait d’accord, la môman a l’intérieur de moi l’est un peu moins.

Malgré tout, j’essaie de me souvenir d’une chose : à sa naissance, il faisait 3k320 pour 50cm, donc pile dans la moyenne. Mais il avait l’air d’avoir la peau sur les os, alors que sa copine de naissance, qui pesait 100 grammes de plus, avait semble-t-il l’air d’un petit sumo qui a un peu trop forcé sur les graisses de maman. Bref, le petit rangeur est bien bâti et c’est ce qui fait qu’il est bien dans les courbes. A cet âge (32 mois pour rappel), est-ce qu’il ne faudrait pas quand même qu’il ait un peu plus de viande autour de l’os, histoire de continuer à être plus solide ?

Trouver l’équilibre entre devoir et fatigue

La question posée, je cherche des solutions depuis longtemps. D’autant plus que ce cher ange (hum hum, pardon, je m’étouffe) n’est pas difficile sur les goûts, mais sur les textures de sa nourriture. Oui, je te l’accorde, môssieur est ch… sait ce qu’il veut (enfin plutôt ce qu’il ne veut pas). Tiens, c’est bizarre, d’un coup, je viens de comprendre pourquoi mes deux mèches de cheveux blancs qui me font ressembler à Mme Sheffield ont pris de l’ampleur.

Bref, revenons à nos moutons à engraisser. Première chose à laquelle j’ai pensé : ajouter des matières grasses aux petits pots que je lui prépare. Ah mais oui ma bonne dame, mais vu qu’il y a généralement un cocktail d’huile d’olive, de tournesol et de colza dans chacune de mes préparations, ça va être compliqué. Et puis l’idée n’est pas non plus de lui faire avaler des calories à tout prix. Ce que je veux c’est surtout qu’il ait quelque chose de complet et à chaque repas ou presque : des légumes, de la viande et des féculents. En bref, je veux qu’il mange comme à la crèche.

Rien de plus simple, vas-tu me dire, il suffit, quand je fais ses légumes, de rajouter pâtes, riz, blé ou boulgour, etc…Déjà fait… et ça n’a pas toujours été concluant. D’abord parce qu’il suffit que la cuisson des féculents ne soit pas top et le plat va être difficile à écluser (sachant que généralement, j’en fais pour l’équivalent de 6 à 8 pots de 230g). Ensuite parce que niveau diversité, on frôle le zéro pointé. Il y a peu, j’ai pourtant eu une idée : il me suffit de préparer les légumes, purées, etc…, bref ce que j’appelle la garniture, et à côté je ferai les féculents à chaque repas pris à la maison.

Aaaaaah la théorie… Sauf que quand tu arrives au soir et que la motivation te quitte, tu n’as qu’une envie, lui donner simplement son petit pot (qui suffirait à beaucoup) et on verra demain pour le reste. Sans compter qu’à mesurer une dose de féculent à chaque fois, on perd vite l’envie d’être la mère nourricière parfaite ! Après des semaines de tergiversations et d’idées diverses et variées,  j’ai finalement pensé à quelque chose de simple : des boîtes qu’on peut mettre sur le frigo et remplir avec ce qu’on veut ! Tout simplement !  Et oui, même là, j’arrive à trouver de quoi organiser les choses…

Je t’explique tout ça dans un prochain article détaillé !

Print Friendly, PDF & Email

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.